Dans une démarche citoyenne, j’ai souhaité apporter une aide aux victimes directes et indirectes des attentats et à toutes les personnes bouleversées par ces événements en leur proposant un programme de soutien psychologique en ligne entièrement gratuit. Il se compose d’un ensemble de vidéos et d’enregistrements mp3 pour apprendre aux personnes touchées à se libérer toutes seules d’une partie de leur fardeau émotionnel.

Il m’a semblé important de porter à la connaissance du plus grand nombre que des techniques de soins (dont l’EFT) peuvent être utilisées de manière autonome par les personnes elle-mêmes, sur elles-mêmes, pour atténuer l’impact de leurs traumatismes.

Nous avons à l’IFPEC une expérience de bénévoles en Haïti où nous sommes allé en mission humanitaire former des centaines de personnes à ces techniques. Nous avons eu l’occasion d’aider de nombreuses personnes en état de stress post-traumatique à se libérer de leurs symptômes et nous avons constaté sur le terrain à quel point ces techniques simples sont efficaces pour contribuer au traitement des traumatismes aussi bien psychologiques que physiques.

Tout est gratuit dans ce programme, les vidéos, les textes, les enregistrements mp3 qui vous permettent de méditer et de gérer votre stress.

Nous avons condensé et vulgarisé nos différentes expériences pour permettre aux personnes en difficulté – qui n’ont pas forcément les moyens de recourir à une aide psychologique – de découvrir des outils pour limiter leur souffrance et leur permettre de commencer à traiter leur traumatisme.

Bien sûr, ce programme n’a pas pour vocation de se substituer à une aide médicale et psychologique par des professionnels. C’est juste un acte de solidarité pour tenter d’aider toutes ces personnes injustement touchées dans leurs vies et dans leurs êtres.

L’efficacité de ces techniques est reconnue et validée aux Etats-Unis pour le traitement du stress post-traumatique ainsi que la dépression. Elles vous permettront de stimuler vos ressources naturelles de récupération. Ce n’est pas encore le cas en France, car elles restent encore méconnues, voire inconnues, des autorités sanitaires.

Vidéo du webinaire

Inscrivez-vous au programme en cliquant ici